FAUVES ANTILOPES

Leurs talons attaquent

Le noir macadam

Leurs talons attaquent

Un peu de ton âme

Et toi en secret

Tu les rêves en douce

Le cœur aux aguets

En chasseur de brousse

 

Fauves antilopes

Furtives gazelles

Sages ou équivoques

Elles t’ensorcellent

 

Tu les vois passer

Sauvages ou mutines

Puis se regarder

Devant les vitrines

Et tu leur inventes

Des incertitudes

Des nuits provocantes

Ou des solitudes

Fauves antilopes

Furtives gazelles

Sages ou équivoques

Elles t'ensorcellent

 

Tu observes la danse

Souple et citadine

De belles qui balancent

Et qui te fascinent

D’un pas chaloupé

Tout plein de mystére

Ou d’un pas pressé

Qui se moque de plaire

Fauves antilopes

Furtives gazelles

Sages ou équivoques

Elles t’ensorcellent

 

 

Légers coups de pattes

Cambrures imprévues

Soudain elles t’échappent

A l’angle d’une rue

Et te revoilà

Chasseur inutile

Tu voudrais qu’elles soient

Un peu moins agiles

 

 

Fauves antilopes

Furtives gazelles

Sages ou équivoques

Elles t’ensorcellent

 

Furtives gazelles

Elles t’ensorcellent…

Furtives gazelles

Elles t’ensorcellent…

Paroles et musique:

 

Iveline Denormandie

Paroles et musique Iveline Denormandie

Merci au groupe itinérant "Les Atypiks" ! (2003-2010)

 

D'autres chansons sont disponibles (Textes et/ou mélodies disponibles)

TRISTE PAPILLON

Quand venait le soir

Je fuyais soudain

Ivre de brouillard

Et jusqu’au matin

Commencer ma ronde

Seule et sans écho

Armée d’une bombe

Aux teintes fluo

 

Triste papillon

Battant la chamade

J’écrivais ton nom

Sur les palissades

 

Comme un cri muet

Un long SOS

Un trop lourd secret

Lourd de maladresse

Seule et sans écho

De ma déraison

Je bombais fluo

Je tagais ton nom

 

Triste papillon

Battant la chamade

J’écrivais ton nom

Sur les palissades

 

En lettres géantes

Lettres capitales

Aux teintes violentes

Et sentimentales

Je signais la fin

De l’indifférence

L’histoire d’un chagrin

En état d’urgence

 

Triste paillon

Battant la chamade

J’écrivais ton nom

Sur les palissades

 

Et je m’enfuyais

Laissant dans la nuit

Trace de mon secret

Fluo garanti

Avant qu’on n’marrête

Pour le cri oblique

De cinq ou six lettres

Sur la voie publique

 

 

Triste papillon

Battant la chamade

J’écrivais ton nom

Sur les palissades

IvelineDENORMANDIE©2015 Tous droits reservés à l'auteur.