Nouvelles

Nous comptons parmi les monuments les plus connus au monde.

Nous connaissons bien l’humanité, depuis des siècles voire des millénaires. De tout temps, les barbares ont détruit nos semblables.

Aujourd’hui nous voulons prendre la parole, raconter dans quelles circonstances nous avons vu le jour, exprimer nos joies, nos peines, nos espoirs pour un monde meilleur.

 

Iveline Denormandie avec la collaboration de

Charles Baccouche, Irina Epifanova, Carlo Fanara, Dolunay Gördüm, Daphné Keramidas, Marcel Krueger, Margo Lestz, Rongli Liu, Tatiana Matzenbacher, Sonya Morsi, Raul Palma, Gaurav Singh, Joyce Simons, Jane Strachan, Robyn Winslow

Une succession de petits sketchs aux chutes inattendues...

Illustrations Laurent Vago

 

J’ai toujours été très timide avec les femmes. Quelques thérapies, quinze années de théâtre et de nombreux succès sur scène n’ont rien changé. Quand une femme me plaît, je suis té-ta-ni-sé. Comment expliquer ce phénomène ? Ce sont les premiers mots qui me paralysent. Oui, toujours ces premiers mots…

 

Il y a maintenant trois mois que j’ai fait la connaissance de ma nouvelle voisine. Il y a maintenant trois mois que je pense à elle jour et nuit…

Et que je n’ose l’aborder.

Caroline Le Chambernois doit avoir entre trente et trente-cinq ans, des yeux dorés, des cheveux châtains tirés en arrière, un petit côté Julia Roberts dans le sourire… Et toujours habillée de tailleurs classiques, mais agrémentés d’une légère fente sur le côté ou d’une échancrure discrète dans le décolleté.

Élégante et sexy.

La classe.

Quand elle se présente, de sa voix assurée, on entend tout d’un coup : bonne famille, études brillantes, beaucoup de goût, une culture à toute épreuve… Et évidemment des dizaines d’admirateurs exsangues, livides, désespérés. On perçoit toutes ces tonalités dans ces quelques syllabes, enveloppées d’un nuage d’« Allure » de Chanel, mais sans jamais aucune distance, avec naturel et simplicité. Et un charme fou.

Oui, vraiment la classe.

Pour résumer, Caroline Le Chambernois est le genre de fille qui a tout depuis sa naissance. Et qui n’a besoin de rien.

Surtout pas de moi.

Non, surtout pas de ce saltimbanque qui apparaît tous les vendredis soir à la télé, à vingt heures cinquante. Dans le rôle d’un flic totalement alcoolique.

 

Texte publié sous le pseudonyme Florentine Les Fontaines

Le Timide

Mademoiselle, je...

- Merci de passer par le site de l’éditeur www. Harmattan.fr , les autres sites (Amazon Fnac etc) proposant des ouvrages d’occasion

(Édition 2009 au lieu de 2014)

IvelineDENORMANDIE©2015 Tous droits reservés à l'auteur.